Site Ironman Around The World

site Pascal coachin perso

 

 

 

pascal_pich_natation.

Je suis né un 8 avril de l’année 1964 d’une famille d’ouvriers.pascal_pich_bebe
Je suis l'aîné de 3 enfants. Nous avons vécu à Yerres (91) dans un petit appartement où je partageais ma chambre avec mes deux frères, Laurent et Jean-Luc. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce n’était pas triste .....

Très tôt, j’ai été attiré par le sport. Mon père, ancien footballeur pro avant qu’un accident de la route ne lui fasse perdre l’usage d’un oeil, m’avait inscrit au club de foot local. Je jouais gardien de but. Bien que je fusse, au poste de gardien de but, champion du département en catégorie benjamin, ce sport n’était pas trop ma tasse de thé. Je me suis rapidement tourné vers des sports plus individuels et plus physiques, dans lesquels, pour réussir, on ne doit compter que sur soi-même.

Je n’étais pas individualiste, loin de là, mais j’avais déjà le goût pour l’effort solitaire et je ne voulais devoir, mes éventuelles victoires, qu’à moi même et à l’énergie que j’aurais investi pour réussir. pascal_pich_enfant
En cachette, j’allais m’entraîner au club de boxe, puis officiellement, ce fut quelques mois plus tard, le judo. Je ne le savais pas encore, mais ce sport et mon professeur, Monsieur BRIDOUX, allaient m’apporter beaucoup en sagesse et équilibre. Dans ce sport, j’ai rapidement fais preuve de motivation et de détermination. Après un an de pratique, je remportais le championnat de l’Essonne. Je remportais le championnat d’Ile de France deux semaines plus tard. Mes résultats étaient plutôt bons et c’est chemin faisant que l’année de mes quinze ans je devenais la plus jeune ceinture noire de France. J’étais très fier de moi (peut être un peu trop disaient certains et à l’époque ils avaient raison !)

L’année suivante, j’entrais en Sport-Etudes à Nîmes et j’en profitais pour gravir les échelons et passer mon 2e Dan. Pour des raisons inconnues, la section fermait ses portes l’année suivante. J’allais tout mettre en oeuvre pour me faire virer du bahut et ainsi mettre un terme à mes études. Il faut avouer que ma rencontre avec Martine, de 3 ans mon aînée, m’a vraiment aidé dans cet objectif. pascal_pich_judoC’est vrai que je l’aimais beaucoup, et qu’après les entraînements du soir, je passais toutes mes soirées avec elle. Je ne rentrais même plus à l’internat. Résultat, je n’étais pas accepté dans la classe supérieure, donc, je n’avais plus à retouner à l’école !
J’avais 16 ans. Mes parents faisaient des bonds, mais je ne voulais entendre parler que de sports et de judo en particulier. J’avais trouvé un job dans lequel il m’était possible d’embaucher tôt le matin et qui me laissait mes après midi libres pour me rendre à l’INSEP m’entraîner avec les cadors de la spécialité. Que du beau monde. J’ai beaucoup progressé, mais je dois avouer que j’ai ramassé des centaines de gadins. Sur ce tatamis ne naviguaient que des garçons qui formaient l’élite du judo français. Ils étaient monstrueux ! Du haut de mes 16 ans, je ne pesais pas lourd face aux ROUGE, PARISI, VACHON, REY ou encore Marc ALEXANDRE. Tous étaient champion du monde ou Olympique.

L’heure arrivait pour moi, de partir sous les drapeaux. Mes résultats judo étaient plutôt bons et j’esperais pouvoir intégrer le mythique Bataillon de Joinville, où je pourrais ne faire que du judo. La chance en avait décidé autrement et un mois plus tard, le 5 août 1982, j’integrais le 1er Régiment de Hussards Parachutistes de Tarbes.
Rapidement je fus nommé Maréchal des Logis. Je faisais du sport, l’ambiance était bonne et j’attendais tranquillement ma libération. 1 mois avant que n’intervienne cette dernière, le Régiment fut appelé à partir pour Beyrouth. N’ayant pas de travail à l’extérieur, je décidais de suivre une formation d’infirmier et de m’embarquer avec mes camarades, pour le Liban.

Les anciens nous avaient fait miroiter le Club Med. Malheureusement, quelques semaines avant notre arrivée, les combats sur place ce sont amplifiés et nous avons débarqué par la plage (l'aéroport ayant été bombardé) sur le sol Libanais avec pour seul maillot de bain, le gilet pare-balles et le casque lourd. Une vraie galère, mais que de souvenirs !.. Beaucoup de mes camarades sont restés sous les décombres du bâtiment DRAKKAR le 13 octobre 1983....pascal_pich_liban

Je suis resté sur place pratiquement 6 mois et j’en suis revenu avec un trou dans le tibia et un stock de décorations, dont la Valeur Militaire avec citation à l’ordre du régiment, remise le 11 novembre 1983 par le Général CANN.

Je n’ai pas souhaité rester dans l’armée et je fus liberé en mars 1984 après 20 mois de service. Aujourd’hui je regrette cette décision d’être parti, mais comme dirait un philosophe que je connais bien, “C’est la vie, et ... elle est belle !” Ce qui m'est resté de cette expérience, c'est la devise de mon régiment que j'ai fais mienne : "Même si tu as tout perdu, souviens toi qu'il te reste l'honneur à sauver"

En 1987 je passe mon Brevet d’Etat judo. Je suis reçu au Tronc commun, mais je me fais étendre au spécifique. Un comble ! Je suis dégoûté et je décide de lever le pied. Il faut dire que le judo est un sport dans lequel les blessures sont légion.

Par hasard, je tombe sur un reportage télé dans lequel il est question de triathlon et en particulier, de L’IRONMAN d’Hawaii. Je pense alors que ces gens là sont complètement à la masse et que ce sport de fous n’est certainement pas fait pour moi.
Rapidement j’allais changer d’avis. Pour ma préparation judo, je courais, j’avais été licencié en cyclisme de minime à junior, alors pourquoi ne pas essayer ce nouveau sport.
Je nageais comme une clé à molette, mais pourquoi ne pas tenter l’expérience ? je n’avais rien a perdre !

pascal_pich_police Cette même année 1987, j’intègre l’Ecole de Police de Paris, et j’épouse la mère de mon fils Christophe. J’aurais mieux fait de me casser une patte ce jour là, mais... “C’est la vie....” Elle avait déjà deux enfants, Jean-Michel (alors 5 ans) et Marie-Laure (alors 13 mois). Durant 17 ans je vais les élever comme mes propres enfants sans jamais faire de différences. Aujourd’hui, je n’ai plus vraiment de contacts avec eux ! “Fais du bien à Bertrand, ..........” aurait dit mon père !

En octobre de cette même année, je me lance le défi de mon premier triathlon. Les distances sont alors de 700 mètres de natation en piscine, 31 kilomètres de cyclisme et 8 kilomètres de course. Pour l’occasion j’avais remonté mon vélo qui prenait la poussière à la cave et me voilà en route. Une CATASTROPHE !pascal_pich
J’ai terminé cette première épreuve les deux jambes tendues, incapable de les plier tant les crampes me faisaient souffrir. Il faut avouer que j’avais quelque peu “bourriné” à vélo. Cette première expérience aura néanmoins été bénéfique et elle aura été un facteur déclenchant à ma future carrière de triathlète.

Depuis, j’ai beaucoup travaillé et j’ai appris à aimer cette discipline qui me fait toujours rêver, même si d’années en années, et malgré mes résultats, la recherche de partenaires est toujours une vraie galère. Pourtant, comment pratiquer cette discipline, qui demande tant et tant d’efforts et de sacrifices sans sponsors. La question reste posée........

L'important restant à mes yeux de toujours chercher à évoluer. J'ai toujours besoin de plus. J'ai un besoin perpétuel de me prouver que je suis capable de faire mieux que la fois précédente, alors les défis que je me lance sont de plus en plus importants et démesurés. Avec les années, j'ai de plus en plus besoin de ce type de motivation. Même si j'ai un grand respect pour les "sportifs du dimanche" (n'y voyez rien de péjoratif) pour ma part, je ne me vois pas faire du sport dans le simple but de m'entretenir. Je n'y vois pour moi (mais c'est essentiellement mon cas) aucun interêt. Je tire mon chapeau aux mecs qui se lèvent le dimanche pour aller rouler avec les copains, sans n'avoir d'autre objectif, que le plaisir de rentrer à la maison déchenillés. Pour ma part, et pour le moment, cela ne me parait pas concevable.

pascal_pich

rejoignez-moi sur Facebook Rejoignez-moi sur Twitter Rejoignez-moi sur Instagram Rejoignez-moi sur Google + Rejoignez-moi sur You Tube